Téléchargement | Historique
-+
imprimer cette page exporter la page en PDF

8.2.3.Le ghetto de riches

Dernières modifications : 07.10.2007, 14:13


Monique Pinçon-Charlot : "C'est pas facile de travailler sur les privilégiés parce qu'ils ont tous pour devise, ben vous le voyez aujourd'hui."
Giv Anquetil, journaliste : "Vivre caché."
MPC : "Oui et en plus c'est pas évident pour des sociologues qui se pensent être l'élite, des chercheurs du CNRS qui se pensent l'élite de notre pays, de se retrouver en situation d'enquête en situation de dominés. Finalement, les grands bourgeois, les aristocrates fortunés, à force de mettre leur argent dans les services de gestion des grandes fortunes, des banques d'affaire privée, de mettre leurs enfants dans des écoles spécifiques, privées ou publiques, d'habiter les beaux quartiers, d'habiter dans des stations balnéaires où le peuple ne va pas, d'être dans des palaces, finalement on ne les voit pas. On finit par ignorer complètement leur existence. Même les chercheurs du CNRS ne connaissent pas bien les beaux quartiers, ce qui est quand même incroyable. "
GA : "Oui parce que quand on est sociologue, on va a priori voir les victimes pas les dominants."
MPC : "Oui mais s'il y a des dominés il y a des dominants. S'il y a des victimes, il faut bien qu'il y ait des gens qui tiennent les reines du pouvoir économique, qui aboutit à ce qu'il y ait autant de démunis dans notre pays, et donc il me semble que c'est bien de la responsabilité des sociologues du CNRS [de] précisément ne pas laisser à l'abri de l'investigation sociologique les gens qui cumulent toutes ces formes de capitaux."


Extrait de "Ballade au Sarkosistan" [Neuilly sur Seine], sur "La-Bas si j'y suis", émission du 21 octobre 2005, Reportage de Giv Anquetil. Découverte de Neuilly avec les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot. Hors la loi SRU (solidarité, rénovation urbaine) qui prévoit 20% de logement sociaux, Neuilly compte moins de 3% de HLM:
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=763

« Michel Pinçon : "La haute société a un privilège parmis tant d'autres, qui est de vivre dans des espaces qui lui correspondent, qui sont les siens. Or, c'est quelque chose qui est quand même de l'ordre du privilège, parce que la plupart des autres catégories sociales vivent dans des espaces mélangés, perturbés par des gens qui ne leur ressemblent pas, ... qui posent des problèmes. Dans tous les sens, ça va cette histoire là." (Les ghettos du Gotha, ou comment les riches défendent leurs espaces, 30:25, Là-bas si j'y suis du 19 septembre 2007, http://w3.la-bas.org/article.php3?id_article=1236


Après la victoire de Nicolas Sarkozy le 3 mai 2007, on assiste à l'affirmation d'une droite "décomplexée" qui affiche ouvertement son positionnement de classe. Les journaux adorent.

Le Point spécial riches, juillet 2007
Le Point spécial riches, juillet 2007


Peut-être y voyez-vous une certaine ressemblance avec ça :

Sarkozy sur le yacht de son ami Bolloré
Sarkozy sur le yacht de son ami Bolloré


« Mais les publications destinées à un public populaire, comme Gala ou Point de vue, font porter leur attention sur la jet-set et les people, vedettes du monde sportif, de la télévision, du show-business, laissant à la presse économique ou aux pages entreprises des grands quotidiens la publication de portraits ou d’informations sur les personnalités de la vie des affaires. Cette discrétion n’est pas innocente, elle préserve de l’animosité de classe, de la prise de conscience de l’ampleur des inégalités et de leur caractère héréditaire.» (Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, directeurs de recherche au CNRS, Plus de riches, toujours plus riches,
http://www.humanite.fr/2007-08-06_Politique_Plus-de-riches-toujours-plus-riches )


Les hauts revenus, Le Monde, 11 juillet 2007
Les hauts revenus, Le Monde, 11 juillet 2007


« Les 500 plus grandes fortunes professionnelles de France pèsent 15% du PIB. Le total des 500 plus grandes fortunes professionnelles de France est passé en un an de 200 à 280 milliards d'euros et pèse désormais 15% du PIB contre 6% il y a dix ans, selon le classement 2007 établi par le magazine Challenges. Au cours de la décennie 1997-2007, le patrimoine professionnel des 500 plus grosse fortunes a triplé et a progressé trois fois plus vite que la richesse nationale, note le magazine.» ( Le moniteur, 12.07.2007, http://www.lemoniteur-expert.com/btp/gestion/500_plus_grandes_fortunes_professionnelles.htm )