Téléchargement | Historique
-+
imprimer cette page exporter la page en PDF

4.3.3.Adaptation et contrôle social

Dernières modifications : 09.03.2007, 19:34

L'adaptation, le rêve du patronat : un salariat servile et flexible.

« Aujourd'hui le Pare [Plan d'Aide au Retour à l'Emploi, 2001] conduit les ANPE à rejeter les formations longues qui permettaient pourtant l'accès à des métiers en pénurie de main d’œuvre, comme ceux d'infirmières ou d'institutrices... Au vu de l'application du Pare, et contrairement aux promesses initiales, il faut bien constater que les besoins des chômeurs ne sont plus au coeur de l'action de l’ANPE. Ce qui, dorénavant, est au coeur de sa mission, c'est «l'employabilité» telle que les entreprises la définissent. Les parcours de « réinsertion professionnelle» y sont systématiquement soumis. Les entreprises expriment leurs besoins de main d'oeuvre, l'ANPE les approvisionne. Concrètement et combien de témoignages que nous avons reçus le confirment, voici ce à quoi se réduit la mise en application du Pare: ajuster les chômeurs aux demandes des entrepreneurs, les reformater en conséquence au lieu d'offrir de les former. La plupart des formations s'effectuent désormais directement en entreprise. » (Fondation Copernic, « Diagnostics pour sortir du libéralisme », p66)


« Les pressions s'intensifient pour qu'il prenne les types d'emploi vacants dans son « bassin d'emploi », et qu'il comprenne vite qu'il «doit bien s'y adapter». Même si ces emplois ne lui offrent qu'un salaire diminué et des conditions de travail déplorables (c'est le cas notamment dans certains métiers qui peinent à recruter: la restauration ou le bâtiment par exemple). S'il refuse ce type d'emploi, alors on lui fait comprendre qu'au terme du Pare, il doit «activement» rechercher un travail pour avoir droit aux allocations. On lui rappelle que les Assedic peuvent alerter l'administration en cas de doute sur l'attitude d'un allocataire. On lui suggère petit à petit qu'il risque fort d'être radié. Beaucoup de chômeurs témoignent maintenant de pressions de ce genre, et de l'impossibilité pratique d'y résister très longtemps. » (Fondation Copernic, « Diagnostics pour sortir du libéralisme », p67-p68)


"Nous voulons envoyer un message clair au fraudeurs, explique Xavier Bertrand [Ministre de la Santé et des Solidarités depuis juin 2005] : vous ne pourrez plus échappez aux contrôles, car il existe désormais des outils juridiques et informatiques." En premier lieu, le regroupement de fichiers. Il permet, notamment, de vérifier la cohérence des données communiquées aux différents organismes." (Le Figaro, 26/10/06, cité dans CQFD, Novembre 2006, p11)


L’ÉTAT ET LES COLLECTIVITÉS LOCALES, LA CAF ET L’ANPE, TOUS UNIS POUR... DÉBUSQUER LES FEIGNASSES, mars 2005, Nicolas Arraitz.
http://www.cequilfautdetruire.org/article.php3?id_article=578

Le Point, les tricheurs du chômage, juin 2006
Le Point, les tricheurs du chômage, juin 2006

Les “tricheurs” du point:
http://collectifnord91.lautre.net/index.php?page=actualites&id=99

"Mis en oeuvre le 2 août 2005, le renforcement du contrôle des chômeurs commence à porter ses fruits. Entre le premier semestre 2005 et le premier semestre 2006, les sanctions prononcées à l'encontre de ceux qui ne remplissent pas leurs obligations (recherche active d'emploi, entretiens à l'ANPE, etc.) ont progressé de 75%. Pour les personnes indemnisées par l'assurance-chômage, ce chiffre a même quasiment doublé (+ 96%). Au total, un peu plus de 23 000 sanctions ont été appliquées en l'espace de six mois, contre 13 000 au cours du premier semestre 2005." (Les Echos, 07/11/06, cité dans CQFD, Novembre 2006, p11)


« Le modèle adaptatif conduit à un épuisement. Il produit certes du devenir, mais il s'agit d'un devenir aveugle qui engendre discrédit, mécréance et démotivation. La vraie question qu'il s'agit alors d'affronter n'est pas celle de l'adaptation au devenir, mais celle de la transformation du devenir en avenir. » (Performance et singularité, Bernard Stiegler, dans "La performance, une nouvelle idéologie ?", sous la direction de Benoît Heilbrunn, 2004, p 222)


« De toute évidence, si la vie humaine consistait simplement en une adaptation à l'environnement physique et social dominant, l'homme aurait laissé le monde comme il l'a trouvé, comme l'ont fait la plupart des espèces biologiques. La machine elle-même n'aurait pas été inventée. La qualité singulière de l'homme consiste dans le fait qu'il crée ses propres standards et ses propres fins, sans les laisser directement dicter par le schéma extérieur des choses. » (Technique et civilisation, 1936-1950, Lewis Mumford, p274)