Téléchargement | Historique
-+
imprimer cette page exporter la page en PDF

11.2.Méthodes économiques

Dernières modifications : 25.02.2007, 16:48

La notion de «consensus de Washington» a été créée en 1999 par l’économiste John Williamson. Sous ce nom, il a résumé tout ce qu’il considérait comme consensus actuel entre le Congrès des Etats-Unis, le FMI, la Banque mondiale et d’importantes «fabriques à penser». Dix recommandations politiques formaient ce consensus concernant la «réforme» d’économies en souffrance:

1.La discipline budgétaire,
2.L’acheminement des dépenses publiques dans des directions qui promettent aussi bien une croissance économique qu’une répartition égale des revenus,
3.Des réformes fiscales comportant des taux d’imposition maximaux peu élevés et une large assiette fiscale,
4.Une libéralisation des marchés financiers,
5.La création d’un cours du change stable et compétitif,
6.La libéralisation du commerce,
7.L’abolition des barrières à l’entrée sur le marché et la libéralisation des investissements directs étrangers (égalité de traitement entre les entreprises étrangères et celles du pays),
8.Les privatisations,
9.La déréglementation,
10.La protection de la propriété privée

http://conte.u-bordeaux4.fr/Enseig/Lic-ecod/docs_pdf/Webconswash.pdf


*Organisation volontaire du chômage et démantèlement progressif de l’assurance-chômage.
*Politique systématique de privatisation, démantèlement des services publics, ouverture à la concurrence.
*Destruction programmée du statut de la fonction publique.
*Détricotage de la législation du travail, annualisation du temps de travail, « flexibilité », remise en cause des 35h, recours aux CDD, promotion du temps partiel et de la précarité, limitation des missions des inspecteurs du travail.
*Réduction du « coût » du travail et des cotisations sociales « qui empêchent le développement des entreprises » (Ernest-Antoine Seillière), recours massifs aux délocalisations, « création de valeur » confisquée par les actionnaires et les dirigeants des entreprises au détriment des salariés.
*Organisation de l’autonomie des différents niveaux de négociation afin de « faciliter le dialogue social entravé par un excès de législation », limitation du droit de grève.
*Remise en question des dispositifs d’aide sociale, « coûteux et inutiles » (!)
*Affaiblissement du système de retraite par répartition, création de formules individuelles et privées d’épargne salariale, fonds de pension, développement des stocks-options.
*Suppressions de postes d’enseignants, l’école au service des entreprises.
*Baisse des crédits de la recherche publique et alignement sur la recherche privée.
http://france.attac.org/article.php3?id_article=2548