Téléchargement | Historique
-+
imprimer cette page exporter la page en PDF

10.1.Le commerce ou la guerre

Dernières modifications : 01.03.2007, 17:46

Le pouvoir actuel de la finance est portée par l'idée que le commerce est source de paix entre les pays. Qui fait des affaires, ne fait pas la guerre.

« Deux types inconciliables d'organisation sociale s'affrontent, en définitive, qu'on peut appeler, d'après leurs manifestations les plus caractéristiques : la société commerciale et la société militaire. » (Friedrich Von Hayek, la route de la servitude, 1944, p94)


Voir l'article : 6.2.Il n'y a pas d'alternatives

C'est une fable pour enfant, la guerre est le modèle absolue de la société capitaliste industriel : « l'armée est le consommateur idéal, car elle tend à réduire à zéro l'intervalle de temps entre la production initiale profitable et le remplacement profitable » (« Technique et civilisation » de Lewis Mumford, 1950, p91). Et s'il n'y a pas de guerre au sens premier du mot, il y a une guerre économique, qui s'appuie sur l'ordre qui protègera les intérêts des grandes puissances financières/ Voir l'article : 6.5.La "liberté" par la répression

" La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre les Etats-Unis. Une guerre permanente, économique, une guerre sans morts." "Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre à mort." (François Mitterrand, Commentaire fait lors d'un entretien privé à la fin de sa vie, cité dans Courrier International du 13 Avril 2000) http://www.redir.fr/gfui


Voir l'article : 10.3.3.Un résultat plus catastrophique qu'une guerre


« Ce conflit [la première guerre mondiale] a artificiellement duré pour le plus grand profit de l'industrie de guerre.»


>>> Francis Ronsin, « La guerre et l’oseille » :
http://www.acrimed.org/article1576.html
>>> "PLUTOT HITLER QUE LE FRONT POPULAIRE":
http://1libertaire.free.fr/Patroncollabo.html
Voir l'article : 12.1.La construction de l'ennemi
>>> Guerre et mondialisation :
http://www.france.attac.org/spip.php?article6750

« Le conflit ou la tension dont la guerre est le drame institutionnel spécialisé est un fait périodique dans les sociétés humaines. Il est inévitable quand la société a atteint un certain degré de différenciation, car l'absence de conflit présumerait une unanimité qui n'existe que dans le placenta entre l'embryon et sa mère. Le désir d'atteindre cette sorte d'unité est l'un des caractères régressifs les plus évidents des états totalitaires ou des tentatives de tyrannie dans les plus petits groupes. [...] Le conflit est un incident inévitable dans tout système actif de coopération, il faut s'en féliciter à cause des variations et modifications salutaires qu'il introduit – la guerre est évidemment une perversion spécialisée du conflit, léguée sans doute par les groupes chasseurs. Elle n'est pas plus un phénomène éternel et nécessaire de la vie de groupe que le cannibalisme ou l'infanticide. [..]Dans presque toutes ses manifestations, cependant, la guerre indique la chute dans la psychologie infantile de la part des peuples qui ne peuvent plus supporter la contrainte de la vie en groupes, avec toutes les nécessités de compromis, - donner et prendre, vivre et laisser vivre, comprendre et sympathiser, - tout ce que cette vie de groupe exige et toutes les complexités d'adaptation qu'elle implique. Ils essaient par la baïonnette et le canon, de dénouer le lien social. [...] La guerre brise l'ennui d'une société mécanisée. [...] Dans la guerre moderne, le primitif brut et le mécanisme d'horlogerie ne font qu'un.» (Technique et civilisation, 1936-1950, Lewis Mumford, p265-266-267)